/
0/5

0 avis

Analyse des Valeurs foncières du logement dans l'Oise

DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE L'OISE (DDT 60)

Edition : 60 : DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE LOISE (DDT 60) - 2018

La présente étude dresse le portrait des transactions immobilières de l'Oise, à la maille communale. Les trois parties présentent successivement les caractéristiques (valeur au m², surface, nombre) des ventes de maisons, appartements et terrains à bâtir ainsi que la méthodologie utilisée pour établir les nombreuses cartes. Les ventes de maisons, d'appartements et de terrains à bâtir représentent sur la période 2010-2016 respectivement 47 %, 15 % et 11 % de l'ensemble de mutations isariennes. Si les prix de vente médians sont de 1280 €/m² (maisons), 1770 €/m² (appartements) et 100 €/m² (terrains à bâtir), le territoire révèle des écarts très importants entre le sud (prix élevés) et le nord du département (prix faibles). Sans surprise, les villes prestigieuses du sud de l'Oise de Chantilly, Senlis et également Compiègne, attirent une population aisée qui tire les prix vers le haut. Ce secteur est ainsi le plus cher de l'ex-région Picardie. Cependant les prix moyens les plus élevés de l'Oise s'inscrivent dans une continuité francilienne et sont à mettre en regard des valeurs immobilières des communes voisines du Val d'Oise et de Seine-et-Marne. Les surfaces moyennes des maisons et appartements sont globalement plus faibles dans les secteurs les plus densément urbanisés. Cependant nulle corrélation avec le prix au m² n'est possible à l'échelle du département. La variable des surfaces habitables semble donc suivre des tendances qui échappent aux phénomènes observés dans cette étude (pression francilienne, openfield du plateau picard, vallées urbanisées, etc.). En revanche les parcelles de maisons sont nettement plus grandes sur les franges ouest, nord et est qu'au centre du département. Pour conclure, l'étude expose de grands contrastes tant sur les prix au m² de l'immobilier que sur les surfaces des parcelles de maisons. Ces différences s'expliquent par des facteurs endogènes (patrimoine historique et naturel renommé, espaces ruraux reculés) et exogènes (progression de l'urbanisation francilienne le long des axes de communication) qui contribuent à faire de l'Oise un département aux opportunités immobilières variées et attractives pour un large panel de ménages, notamment au départ de l'Île de France et à la recherche d'un cadre de vie apaisé et de qualité.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Consulter en ligne

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs